Les champs magnétiques basses fréquences ELF MF et VLF MF

Les champs magnétiques sont produits par des champs électriques variables. Ils produisent des forces magnétiques et changent l’orientation des particules chargées du corps. Ils circulent dans la totalité de celui–ci.Les petits cristaux de magnétites qui se trouvent dans certaines cellules cérébrales, ainsi les cristaux de calcite présents dans la glande pinéale qui secrète la mélatonine, sont réorientés en présence d’un champ magnétique.

Ils se mesurent en ampère/mètre, en Tesla ou en Gauss.
Ils diminuent d’intensité en fonction de la distance de la source.

Les effets potentiels a long terme des champs magnétiques ELF du réseau 50Hz ont  été évoqués dans une monographie du CIRC publié en 2001, démontrant un phénomène régulier de multiplication par deux des chiffres de bases concernent la leucémie infantile à partir d’une exposition à un champ magnétique de 0,4 µT ou 400 nT sur une période prolongée.

  1. (ELF)(Wertheimer et Leeper 1979) Un excès de configurations de câblage électrique suggestifs du courant d’écoulement élevé a été noté dans le Colorado en 1976 à -1977 près des maisons des enfants qui ont développé un cancer, par rapport au domicile des enfants témoins. La conclusion était la plus forte pour les enfants qui avaient passé toute leur vie à la même adresse, et il semble être lié dose. Il ne semble pas être un artefact de quartier, la congestion de la rue, la classe sociale ou la structure familiale. La raison de la corrélation est incertaine; effets possibles du courant dans les conduites d’eau ou des champs magnétiques à courant alternatif sont proposées. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/453167?dopt=Abstract
  2. ELF Ahlom. Feychting 2000Une analyse groupée des champs magnétiques et la leucémie infantile.
    Des études antérieures ont suggéré une association entre l’exposition aux champs 50-60 Hz magnétiques (CEM) et la leucémie infantile. Nous avons effectué une analyse groupée fondée sur les dossiers individuels de neuf études, y compris les plus récentes. Des études avec des mesures de champ magnétique 24/48 heures ou de champs magnétiques calculés ont été inclus. Nous avons précisé que l’analyse des données que nous avions prévu de faire et la façon de les faire avant que nous avons commencé le travail. L’utilisation des dossiers individuels nous a permis d’utiliser les mêmes définitions d’exposition, et le grand nombre de sujets a permis une estimation plus précise des risques à des niveaux d’exposition élevés. Pour les 3203 enfants atteints de leucémie et de 10 338 enfants de contrôle avec les estimations magnétiques niveaux d’exposition sur le terrain résidentiel <0,4 microT, nous avons observé les estimations du risque proche du niveau sans effet, alors que pour les 44 enfants atteints de leucémie et 62 enfants de contrôle avec des expositions estimées du champ magnétique résidentiel> / = 0,4 microT le résumé estimé le risque relatif était de 2,00 (1.27 à 3.13), la valeur P = 0,002). Ajustement pour les variables confondantes potentielles n’a pas changé de façon appréciable les résultats. Pour les sujets nord-américains dont les résidences étaient dans la catégorie de code de fil le plus élevé, le risque relatif de synthèse estimé était de 1,24 (0,82 à 1,87). Ainsi, nous avons trouvé aucune preuve dans les données combinées pour l’existence de la soi-disant fils code paradoxe. En résumé, le 99,2% des enfants vivant dans les maisons avec des niveaux d’exposition <0,4 microT eu des estimations compatibles avec aucun risque accru, tandis que les 0,8% des enfants avec des expositions> / = 0,4 microT avait une estimation du risque relatif d’environ 2, ce qui est peu probable être due à la variabilité aléatoire. L’explication pour le risque élevé est inconnu, mais un biais de sélection peut avoir pris en compte une partie de l’augmentation.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10944614
  3. (CIRC  ou IARC 2002) Leucémie infantile (doublement des chiffres de base)http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf
  4. Radio + tv (OM & OC) (Altpeter 2006)Effet de courte longueur d’onde (6-22 MHz) des champs magnétiques sur la qualité du sommeil et le cycle de la mélatonine chez les humains: l’étude arrêt SchwarzenburgCe document décrit les résultats d’une «expérience naturelle» unique de l’opération et de la cessation d’un émetteur de radiodiffusion avec ses champs électromagnétiques à ondes courtes (6-22 MHz) sur la qualité du sommeil et le cycle de la mélatonine dans un échantillon général de la population humaine. En 1998, 54 volontaires (21 hommes, 33 femmes) ont été suivis pendant 1 semaine chacun avant et après arrêt de l’émetteur radio à ondes courtes à Schwarzenburg (Suisse). mélatonine salivaire a été échantillonné cinq fois par jour et l’excrétion totale quotidienne et acrophase ont été estimées en utilisant une analyse cosinor complexe. La qualité du sommeil a été enregistrée quotidiennement à l’aide d’une échelle visuelle analogique. Avant de fermer, la qualité du sommeil auto-évaluation a été réduite de 3,9 unités (IC à 95%: 1.7-6.0) par mA / m augmentation de l’exposition au champ magnétique. La diminution correspondante de la mélatonine excrétion était de 10% (IC à 95%: -32 à 20%). Après l’arrêt, la qualité du sommeil amélioré de 1,7 unités (IC à 95%: 0.1-3.4) par mA / m diminution de l’exposition au champ magnétique. Mélatonine l’excrétion a augmenté de 15% (IC à 95% -3 à 36%) par rapport aux valeurs de base suggérant un effet de rebond. Des analyses stratifiées ont montré un effet d’exposition sur la mélatonine excrétion dans le mauvais dormeurs (augmentation de 26%; IC 95%: 8-47%), mais pas dans les bons dormeurs. Changement de la qualité du sommeil et de la mélatonine excrétion était liée à l’ampleur de la réduction du champ magnétique après l’émetteur de fermé en pauvres mais pas bons dormeurs. Cependant, l’aveuglement de l’exposition n’a pas été possible dans cette étude d’observation, ce qui peut avoir une incidence sur les mesures des résultats d’une manière (psychologique) directe ou indirecte.
  5. ELF (MF) Études expérimentales 
Baek et al. (2014) ont examiné in vitro l’influence des champs magnétiques basse fréquence sur des cellules (fibroblastes) du tissu conjonctif des souris. http://pubs.acs.org/doi/pdf/10.1021/nn502923s file:///Users/paluszak/Downloads/Newsletter+BERENIS+Nr.+1+-+Mars+2015+-+FR.pdf
  6. ELF (MF) Chen et al. (2014) ont étudié in vitro les effets possibles des champs magnétiques de basse fréquence (50 Hz) sur le processus d’autophagie dans des cellules du tissu conjonctif (fibroblastes) embryonnaires de la souris. Littéralement, autophagie signifie « se manger soi-même »http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1357272514003240%23 file:///Users/paluszak/Downloads/+2+-+Juin+2015+-+FR.pdf
  7. ELF (MF) Fedele et al. (2014)L’étude in vivo  met en évidence des effets cohérents en ce qui concerne le rythme veille/sommeil (rythme circadien) et le comportement locomoteur des drosophiles. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25473952
  8. ELF (MF)(Grundy et al. 2015)Champs magnétiques de basse fréquence et cancer du sein chez l’homme Pour les personnes travaillant avec un champ magnétique de basse fréquence au moins égal à 0,6 μT, le risque de cancer du sein était 1,8 fois plus élevé (95 % IC : 0,82–3,95). Il existait également une relation entre le risque de développer un cancer et la durée de l’activité professionnelle en présence d’un champ magnétique accru (≥0,3 μT) de basse fréquence (p=0,06). Pour les personnes ayant travaillé pendant 30 ans et plus dans une telle profession, le risque était en effet 2,77 fois plus élevé (95 % IC : 0,98–7,82).  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26792203
  9. ELF (MF) (Kesari et al. 2016)Interactions entre les champs magnétiques de basse fréquence et la ménadione .https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26791000        
  10. ELF (MF) (Ma et al. 2016) Champs magnétiques de basse fréquence et développement des cellules cérébrales On peut en conclure que les champs magnétiques de basse fréquence exercent une influence sur la concentration cellulaire de calcium, influence qui se répercute sur le développement des cellules nerveuses, et qui pourrait s’exercer sur la capacité de régénération du cerveau. Les auteurs ignorent si cela joue un rôle bénéfique ou délétère, car même de petites modifications intervenant lors du développement embryonnaire peuvent avoir des conséquences gravissimes apparaissant à l’âge adulte.Bien qu’à l’heure actuelle la relation causale ne soit pas encore connue, les résultats de ce type d’étude pourraient fournir un début d’explication de l’observation des effets cognitifs et pathologiques exercés par des champs (électro)magnétiques de basse et de haute fréquence(RF).https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26950212
  11. ELF & RF (Balmori 2005, Magras 1997)Deux autres études montrent une incidence significative et importante sur la fertilité animale . Une expérience grandeur nature en Suisse indique clairement une baisse de la sécrétion de la mélatonine liée à l’activité d’une antenne (Altpeter 2006). La mélatonine est une hormone essentielle sécrétée par la glande pinéale. Anti-oxydant puissant neutralisant les radicaux libres, elle intervient dans les réparations de brins d’ADN et joue un rôle important au niveau immunitaire et cardiovasculaire, ainsi que dans le contrôle du cancer. Elle interviendrait également dans la maladie d’Alzheimer.
  12. ELF & RF(Duan et al. 2015) Champs électromagnétiques de basse et haute fréquence et analyses génotoxiques in vitro  . Les auteurs en ont conclu que les champs magnétiques de basse fréquence tout comme les champs électromagnétiques de haute fréquence peuvent conduire à une lésion de la substance héréditaire, mais au travers de mécanismes différents. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25688995
  13. ELF Grellier (2014) Études épidémiologiques sur les lignes electriques.Lors d’études épidémiologiques, on a constaté une relation cohérente entre l’augmentation du nombre de cas de leucémie chez l’enfant et l’exposition sur le long terme à des champs magnétiques de basse fréquence (p. ex. lignes aériennes à haute tension). Lors d’expositions supérieures à des valeurs d’environ 0,4 µT, on a observé un risque d’apparition de la maladie deux fois plus élevé. Aucun mécanisme d’action biologique n’a toutefois pu être mis en évidence expérimentalement jusqu’ici.C’est pourquoi on ignore si la relation est causale. Grellier et al. (2014) ont calculé, sur la base des données issues de 27 pays membres de l’Union européenne (UE) relatives à l’exposition à des champs magnétiques et à la fréquence des maladies, le nombre de cas de leucémie supplémentaires qu’on devrait attendre chez l’enfant si la relation observée dans les études épidémiologiques entre les champs magnétiques de basse fréquence et la leucémie chez l’enfant était effectivement causale. Ils ont admis un effet sans valeur seuil et arrivent à la conclusion que, dans l’Union européenne, 50 à 61 enfants seraient nouvellement atteints de leucémie chaque année suite à une exposition à des champs électromagnétiques de basse fréquence. Dans l’UE, cela correspond à environ 1,5 à 2 % des cas annuels de leucémie chez l’enfant. Cette étude constitue en fait une évaluation d’impact sur la santé (health impact assessment). Elle a en outre produit un résultat secondaire intéressant : sur la base de mesures, le nombre de personnes exposées est en effet beaucoup moins important que ne l’ont supposé les experts consultés.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24161447
  14. EFL Benassi 2015 Études animales et études cellulaires expérimentales.Champs magnétiques de basse fréquence et maladies neurodégénérativesDans une étude in vitro intéressante et menée avec rigueur, Benassi et al. (2015) ont analysé, à l’aide d’un modèle in vitro de la maladie de Parkinson, la relation entre l’exposition à des champs magnétiques de basse fréquence et l’apparition de maladies neurodégénératives. Les circonstances conduisant à la mort des cellules nerveuses dopaminergiques dans la substance noire ou substantia nigra, et ainsi à la maladie de Parkinson, ne sont pas encore pleinement comprises. On admet que des facteurs environnementaux et génétiques jouent un rôle. Selon une hypothèse, le stress oxydatif dû à un dysfonctionnement mitochondrial entraînerait la mort des cellules nerveuses. La neurotoxine MPP+ , qui perturbe le transport d’électrons mitochondrial et qui conduit par-là à la génération de radicaux libres, constitue un modèle chimique pour le stress oxydatif. Les auteurs l’ont appliqué à des cellules d’une lignée cellulaire de tumeur cérébrale pouvant former des cellules de type nerveuses. Les cellules ont tout d’abord été exposées à un champ électromagnétique de basse fréquence (50 Hz, 1 mT) seul pour une durée allant jusqu’à trois jours. Par rapport à la condition de contrôle (0,3 µT), on aconstaté une légère augmentation du nombre de radicaux libres et de protéines ndommagées ainsi qu’un léger affaiblissement des systèmes de défense antioxydatifs, sans que cela n’influe sur la multiplication cellulaire et l’apparition de la mort cellulaire. Ensuite, le champ magnétique a été combiné à MPP+ . Les cellules exposées préalablement au champ magnétique ont réagi plus fortement à l’addition de MPP+ que celles n’ayant pas été exposées, ce qui s’est traduit par une augmentation du nombre de cellules mortes, en particulier lors de l’administration de faibles doses de neurotoxine ainsi que durant la phase de récupération. L’augmentation cumulative du nombre de radicaux libres et de protéines endommagées indique que la toxicité accrue est liée au stress oxydatif. En outre, ces effets ont pu être modulés ou réduits par blocage de la synthèse de GSH, ce qui exerce une influence sur le système de régulation redox, ou par addition d’antioxydants. On pourrait conclure des observations de cette étude que les champs magnétiques de basse fréquence ne provoquent pas de lésions directes

    des cellules nerveuses, mais qu’ils peuvent favoriser l’apparition de maladies neurodégénératives lorsqu’ils s’ajoutent à des conditions environnementales pathogènes. file:///Users/paluszak/Downloads/Newsletter_BERENIS_N%C2%B0_5_-_Mars_2016_-_FR.pdf

  15. ELF (Kim et al. 2016)Champs magnétiques de haute fréquence et autophagie dans le cerveau de la souris Dans cette étude in vivo ont été étudiés les effets exercés par les CEM de haute fréquence (835 MHz, 4 W/kg) sur le cerveau de la souris (C57BL/6 ; âge au début de l’étude : six semaines). Les animaux ont été soumis à une exposition réelle ou simulée pendant cinq heures par jour durant quatre et douze semaines. Les investigations ont ensuite été réalisées au moyen de microarrays – de puces génétiques (gen-chips). L’accroissement ou la réduction de l’expression des gènes a été évalué quantitativement au moyen de la PCR (réaction en chaîne par polymérase ; anglais : polymerase chain reaction). Dans deux régions du cerveau, l’hippocampe et le striatum, on a observé que les gènes ayant de l’importance dans le processus de l’autophagie3 ont été exprimés plus fortement chez les animaux soumis à une exposition aux CEM de douze semaines que chez les animaux de contrôle soumis à une exposition simulée de même durée. Ces résultats sont fondés sur des analyses de plusieurs gènes de l’autophagie. En outre, des vacuoles, formées lors de l’autophagie, ont été trouvées dans des cellules de ces régions du cerveau, et leur grandeur et leur nombre étaient significativement plus élevés chez les animaux exposés aux CEM. De plus, on a observé une augmentation significative de la formation d’autophagosomes et d’autolysosomes. Ces effets indiquent un renforcement de l’autophagie après exposition subchronique aux CEM, ce qui peut être interprété comme une adaptation au stress et la mise en œuvre de mesures de protection en rapport.Littéralement, autophagie signifie « se manger soi-même » ; ce processus protège la cellule contre les dysfonctionnements en décomposant dans des organelles cellulaires spécialisées des particules cellulaires défectueuses ou même nuisibles, ou des agents infectieux pour réintégrer les éléments au métabolisme cellulaire. Une autophagie trop souvent sollicitée ou défectueuse peut provoquer des maladies. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27073885
  16. ELF(Consales et al 2017)Neurodégénérescence.Influence des champs magnétiques de basse fréquence sur la régulation épigénétique en lien avec la neurodégénérescenceConsales et al. ont fait une série d’intéressantes observations dans des expériences portant sur des cellules neuronales cultivées (cellules de neuroblastome humaines non différenciées ou différenciées en neurones sensibles à la dopamine, et neurones corticaux de la souris). Elles ont fourni de nouveaux éléments au sujet du mécanisme d’action des CM BF sur la fonctionnalité et la survie des neurones. Les cellules ont été soumises en aveugle à un champ magnétique continu (50 Hz, 1 mT, 4 à 72 heures) et comparées aux cellules de contrôle correspondantes avec exposition simulée. Ce faisant, les auteurs ont constaté que, dans les conditions de contrôle, l’expression de deux molécules microARN spécifiques (miR-34b/c) a continuellement augmenté durant les trois jours de culture alors qu’elle restait relativement stable dans les conditions d’exposition. Les molécules microARN jouent un rôle important dans le contrôle épigénétique de l’expression des gènes. Dans l’étape qui a suivi, on a examiné comment cette relative réduction de l’expression des miR-34b/c se répercute sur les cellules en comparaison avec les conditions de contrôle. Des gènes ayant pu être régulés par miR- 34b/c ont été identifiés au moyen d’analyses informatiques; parmi eux figurait un nombre étonnamment élevé de protéines jouant un rôle dans l’intégrité et/ou l’équilibre oxydatif des mitochondries. À l’aide d’une régulation ciblée, on a ensuite pu montrer que la réduction des miR- 34b/c, dépendante des CM, conduisait effectivement à une modification de la fonctionnalité mitochondriale, à un équilibre redox et à une production accrue de ROS. Ces paramètres sont mis en relation avec la fonction et la dégénérescence des neurones. En outre, les auteurs ont postulé que les miR-34b/c régulaient directement quelques protéines neuronales importantes jouant un rôle dans la neurodégénérescence. Par exemple, l’expression de l’alpha-synucléine augmente sous une exposition aux CM, ce qui a également conduit à une agrégation pathologique accrue comme on l’observe chez les patients atteints de Parkinson. On relèvera les démarches technique et méthodologique exceptionnellement bonnes de l’étude ainsi que le fait que les CM peuvent agir par le biais d’une régulation épigénétique, concept qui pourrait expliquer de nombreux effets rapportés. En outre, cette étude a fourni d’intéressantes indications mécanistiques sur la manière dont l’exposition aux CM peut agir sur les cellules et conduire ainsi indirectement à une augmentation des ROS, ce qui est souvent testé et observé en relation avec les CEM.

La gamme de fréquence ajustable de l’appareil ME3951A permet de mesurer les lignes de chemin de fer, les transformateurs EDF, les diverses lignes de distributions extérieures, les plaques à induction, ainsi que tout ce qui se trouve dans l’habitat. Il me permet de mettre en évidence les installations électriques encastrés.

Tenir ces champs à distance de sécurité est primordiale quand le temp d’exposition est significatif.

Sur un  lit double, il faut mesurer 6 points en 3 axes, soit 18 mesures. Un bureau ou le séjour, 1 ou 2 points en 3 axes suffisent généralement.

 

Valeurs préconisées selon la biologie du bâtiment MAES / SBM 2017

Champs magnétiques Aucune anomalie Faible anomalie Forte anomalie Extême anomalie
Nano tesla Inf 20nt 20-100 nt 100-500 nt Sup 500 nt
Milli gauss Inf 0.2mG 0.2 – 1mG 1 – 5 mG Sup 5 mG

Valeurs préconisées par European Academy for Environmental Medecine 2016

ELF MF de 0 Hz à 2 KHz  Exposition de jour Exposition de nuit Populations sensibles
moyenne AVG 100 nT ou 1 mG 100 nT ou 1 mG 30 nT ou 0.3 mG
Max ne pas dépasser 1000 nT ou 10 mG 1000 nT ou 10 mG 300 nT ou 3 mG

Les VLF comme Linky se mesurent à 20 cm de la source.

Elles s’appliquent au CPL,  certains RFID ou aux lampes fluocompactes

Pour l’instant le facteur /100 appliquer au ELF pour une base VLF me demande un temp d’étude supplémentaire.

VLF MF de 3KHz à 3 MHz Exposition de jour Exposition de nuit Population semsible
moyenne AVG 1 nT ou 0.01 mG  1nT ou 0.01 mG 0.3 nT 0.003 mG
Max ne pas dépasser 10 nT ou 0.1 mG 10 nT ou 0.1 mG 3 nT ou 0.03 mG